Suivre

@davduf
Violences policières : quand l’IGPN est désavouée par la justice

Un brigadier-chef de la police nationale de Pau, qui avait dénoncé des violences présumées commises par un collègue lors d’une interpellation, a été poursuivi au pénal puis relaxé à deux reprises.

Violences policières : l’IGPN désavouée par la justice
lemonde.fr/police-justice/arti
via @LaMatinale_M

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !